Avons-nous déjà consommé notre futur?

Conférence - ADIC - 2 octobre 2018

Nous relayons cette activité, parce que nous estimons qu'il pose un débat important pour l'avenir de notre société. La dette est un sujet très polémique. Force est de constater que la dette globale, privée et publique, atteint des niveaux inégalés dans l'histoire humaine. Le FMI l'estime à 225% du PIB mondial.

Dans le cadre de son nouveau cycle des rencontres 2018-2019, l’ADIC (Association Chrétienne des Dirigeants et Cadres) organise le mardi 2 octobre 2018 à 19h30 la rencontre du Professeur Bruno Colmant autour du problème de l’endettement belge :  
                             « Avons-nous déjà consommé notre futur ? »
Ou comment préparer de manière optimale l’avenir du pays en tenant compte d’une part des besoins de financement à court et long terme  et d’autre part d’une juste répartition de la charge de la dette  entre les contribuables ?   
Outre sa fonction de Head of Macro Research Banque Degroof Petercam, Bruno Colmant est également professeur dans plusieurs universités, membre de l’Académie Royale de Belgique et auteur de nombreux ouvrages et articles.  Il conseille par ailleurs de nombreux gouvernements et chefs d'entreprises dans le domaine économique.

La soirée aura lieu à la librairie UOPC (Auderghem). Plus d'infos sur www.adic.be.
 

Notre trimestriel

Dossier : Chrétiens et Musulmans - Les défis d'une cohabitation

Nos évènements

  • Appelés à la conversion écologique

    Une lecture de Laudato Si’, les 20 octobre, 10 et 24 novembre 2018 de 9h30 à 12h30

    20 Octobre 2018

    9h30-12h30

    Trouver/retrouver une relation juste avec notre environnement, en apprécier le sens, réfléchir sur notre style de vie et sur nos idéaux ainsi que sur nos engagements.

  • Les ‘family units’ - Atelier à RiveEspérance

    Animé par Baudouin Van Overstraeten.

    3 Novembre 2018

    14h00 - 15h30

    L’unité de la famille est un droit fondamental; et les familles avec enfants mineurs ne devraient jamais être détenues, car la vie familiale n’est pas possible en détention. Et pourtant le gouvernement belge vient d’ouvrir près de l’aéroport de Bruxelles des « maisons familiales » pour y enfermer des familles migrantes en vue de leur éloignement. Une campagne citoyenne vise à sensibiliser sur la primauté de l’intérêt de l’enfant, dont la place n’est jamais en détention, pas même en raison du statut migratoire de ses parents.

Inscrivez-vous à la newsletter

Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez périodiquement nos actualités