Analyse par Mark Eyskens

Le nationalisme est allergique à la modernité

Le nationalisme sévit dans beaucoup de pays. Dans un monde qui se globalise, il est une réaction parfaitement explicable mais irrationnelle, propre à ceux qui regardent l’avenir dans le rétroviseur. Tous les grands défis, tels le climat, la migration, la lutte contre le terrorisme ou la digitalisation requièrent une coopération internationale de plus en plus soutenue de la part des États-nations. Ceux-ci sont trop petits pour les grands problèmes et trop grands pour les petits. La scission de la Belgique, souhaitée par la N-VA et le Vlaams Belang, relève de la « folie de la petitesse » et constituerait un recul de l’histoire.

Alors que la N-VA entend transformer la Belgique en une confédération (comme une espèce d’antichambre de l’indépendance), on ne souligne pas assez que notre pays présente déjà une série de caractéristiques propres à un État confédéral : pas de partis politiques nationaux, un gouvernement fédéral paritairement composé, pas de hiérarchie des normes et pas d’arbitrage efficace des conflits d’intérêts.  

À y regarder de plus près, et avec quelque ironie, on pourrait presque prétendre que les structures constitutionnelles de la Belgique, fruits de tant de compromis, donnent raison à tout le monde : aux fédéralistes, aux confédéralistes, aux monarchistes et même aux républicains (voyez le fonctionnement des Régions). De quoi se plaint-on finalement ? L’art du compromis à la belge mérite tous les prix Nobel de la paix ! Il faut se promener à l’étranger pour s’en rendre compte. Et de constater alors combien plus âpres sont les conflits dans tant de pays où l’on frise parfois la guerre civile.

Type de Publication:  Analyse

Thème(s) de publication:  Responsabilité politique

Auteur:  Mark Eyskens


Toutes nos analyses sont disponibles en version papier.

Nos évènements

  • Marche interculturelle à Molenbeek

    15 Septembre 2018

    Pour la sortie du prochain numéro de la revue En Question, consacré aux relations entre chrétiens et musulmans, le Centre Avec organise une marche interculturelle à Molenbeek, le samedi 15 septembre. L’objectif est simple. Il s’agit de découvrir ensemble, des lieux de culte, de réflexions et de vie qui loin de l’image négative véhiculée par les médias et par ignorance, sont au contraire sources de liens et de rencontre. Comment les acteurs et actrices de terrain que nous allons rencontrer, initient et favorisent par leurs actions, le bon vivre-ensemble ? Cette marche sera l’occasion de mettre de côté nos craintes et nos a priori pour aller à la rencontre de l’Autre dans sa différence et dans sa richesse. Molenbeek, au regard de l’actualité de ces dernières années, nous a semblé être un lieu privilégié pour cette première édition de la marche interculturelle du Centre Avec. Enfin, comme toute bonne chose à une fin, nous aimerions terminer cette marche, pour celles et ceux qui le désirent, par un repas. Le but étant de faire le bilan de cette après-midi. Le tout dans la convivialité et dans la fraternité.

Inscrivez-vous à la newsletter

Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez périodiquement nos actualités