Prises de position du Centre Avec

Mars 2016

Le Centre Avec soutient La Grande Parade 2016 de Tout Autre Chose et Hart boven Hard ! Face à un monde de plus en plus polarisé, criant d’injustices et courant vers la catastrophe environnementale, il est temps non seulement de dire que des alternatives existent mais aussi de les montrer ! 

Octobre 2015

Soutien à la campagne de défense des droits de l’homme d’Ali Aarrass, citoyen belgo-marocain emprisonné au Maroc depuis 2010.

Extradé au Maroc par l'Espagne en 2010, Ali Aarrass a été torturé par les autorités marocaines en vue de lui extorquer des aveux de complicités terroristes. Au terme d’un procès inique, Ali est condamné à 12 ans de prison en 2012. Il a entamé sa sixième grève de la faim le 25 août dernier à la prison de Salé II. Et ses conditions de détention le placent dans une situation de violence psychologique et physique telle qu'il est déterminé à poursuivre sa grève jusqu'à ce que les autorités belges répondent à ses demandes répétées que soit respecté le droit.

La campagne contre la torture d’Amnesty International a collecté plus de 217.000 signatures demandant sa libération, mais le Ministre marocain de la Justice et des Libertés reste sourd.

Plutôt que de défendre son ressortissant, la Belgique, en dépit de décisions de justice belge tout à fait claires en faveur d'Ali Aarrass, a introduit un recours en cassation contre celles-ci! Nous jugeons que sa double nationalité ne peut continuer à servir de prétexte à l'indifférence de l'Etat belge. Et pourtant, depuis un mois les autorités belges ne répondent plus à aucune interpellation le concernant, tant de la part de ses avocats que d'organisations comme la Ligue des droits de l'Homme, le Mrax, et Amnesty International ainsi que de citoyens mobilisés autour du Comité Free Ali qui le soutient inlassablement...

Pour voir la lettre envoyée au Ministre des Affaires Etrangères, Didier Reynders, cliquez ici.

Soutien aux actions #ChangeEurope contre le TTIP

Ces 15, 16 et 17 octobre convergent sur Bruxelles les mouvements qui s'opposent au Traité transatlantique (TTIP) actuellement en phase de négociations. Plus qu’un traité commercial, nous voyons le TTIP comme une menace pour nos standards sociaux, environnementaux et sanitaires, mais aussi pour le pouvoir politique démocratique de nos sociétés européennes. Au travers du TTIP, nous dénonçons une mondialisation sur modèle de traités commerciaux bilatéraux, creusant les fossés entre les puissants et les pauvres de ce monde.

Venez rejoindre pour vous informer, manifester ou écouter d'autres voix. Le programme des trois jours est à lire sur www.ox15.eu.

Le Centre Avec est une organisation signataire de l’appel D19-20, à son tour membre du mouvement #ChangeEurope.

Mai 2015

Contre la présence des militaires dans nos rues

Le Centre Avec soutient activement la campagne de la CNAPD, de la LDH et de Vrede, conseillés et soutenus par le réseau d’avocats Progress Lawyers. Cette campagne dénonce le fait que le Gouvernement n’a pas suivi les procédures légales de la  loi de 1998 organisant un service de police intégré. La loi stipule que les militaires ne peuvent servir dans les rues que (i) s’il y a une menace imminente et (2) si la police locale et/ou fédérale n’a pas les moyens suffisants pour répondre au niveau de menace.

Or, d’une part la menace imminente correspond au niveau de menace 4, et pas au niveau de menace 3. D’autre part, la question de savoir si les moyens des polices locale et fédérale sont insuffisants n’a pas été posée. Avec ses partenaires, la CNAPD introduit un recours auprès du Gouverneur des Provinces dans lesquelles l’armée est déployée (à savoir Anvers, Bruxelles et Liège). Le Centre Avec, membre de la CNAPD, demande à ce que les procédures légales soient pleinement respectées, surtout lorsqu’il s’agit d’une matière aussi sensible.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Avril 2015

Vendredi 17 et samedi 18 avril, l’Alliance D19-20 invite tous les citoyens engagés et interpellés par le Traité transatlantique (TTIP) actuellement en phase de négociations. Plus qu’un traité commercial, nous voyons le TTIP comme une menace pour nos standards sociaux, environnementaux et sanitaires, mais aussi pour le pouvoir politique démocratique de nos sociétés européennes. Au travers du TTIP, nous dénonçons une mondialisation sur modèle de traités commerciaux bilatéraux, creusant les fossés entre les puissants et les pauvres de ce monde.

Concrètement, un programme d’interpellations, de débats et d’ateliers est proposé. Une grande manifestation à l’intention des pouvoirs politiques aura lieu le samedi 18 avril à 14h. Plus d’infos sur www.d19-20.be.

Le Centre Avec est une organisation signataire de l’appel D19-20.

 

Février 2015

MOBILISATION - Together in peace - Dimanche 15 mars

La communauté Sant’Egidio organise avec les différentes Eglises, le Consistoire Central Israélite, l’Exécutif des Musulmans et le CAL (Centre d'Action Laïque), ainsi que de nombreuses associations actives dans le vivre ensemble, une manifestation pour contrer le climat actuel de méfiance et de repli post-Charlie. Le Centre Avec se joint à cette initiative.

Ensemble, nous voulons dire :

  • OUI au vivre ensemble en paix
  • OUI à la liberté d’expression, de pensée, de conscience et de religion
  • OUI au respect de chaque personne, quelle que soit sa foi ou sa conviction

 

La manifestation passera devant différents lieux de cultes et de la laïcité qui symbolisent le pluralisme des convictions et des religions dans notre pays et en Europe.

13h30 : Rassemblement devant le ‘Mégaphone’, av. de Stalingrad (Gare du Midi)

14h00 : Départ

16h00 : Fin au Mont des Arts (Gare Centrale)

 

Plus d’infos sur www.togetherinpeace.be. Les organisations qui le souhaitent peuvent encore se présenter comme partenaire en contactant info@togetherinpeace.be. Merci de transférer cette information à qui serait intéressé.

 

Février 2015

MOBILISATION : 4 ème manifestation contre les violences policières - Le Centre Avec relaie l'appel des JOC et se joint au plaidoyer avec plus de trente associations.

Rendez-vous ce 15 mars à 15h (Bruxelles - Simonis) à l’occasion de la journée internationale contre les violences policières.

Extraits :

Injures, racisme, contrôles au faciès, harcèlement, violences et abus de pouvoir : les exactions commises par la police sont pointées du doigt depuis plusieurs années par diverses ONG et associations (Ligue des Droits de l’Homme, la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, agences de l’ONU pour la situation des violences et abus policiers). Avec le gouvernement Michel, on peut même craindre que cela empire, particulièrement pour les immigrés, leurs enfants, les jeunes et les pauvres.

Le gouvernement mène des attaques très agressives contre nos droits sociaux, il est donc normal que le peuple se mobilise. Mais le ministre de l’Intérieur et certains bourgmestres, aux commandes des forces de police, utilisent ces dernières pour réprimer la contestation sociale souvent de manière violente et disproportionnée au nom de la « lutte contre le radicalisme ».

Nous nous élevons contre le climat d’insécurité que font régner nos dirigeants sur le peuple. Nous invitons donc chaque individu et toutes les organisations, à manifester contre la politique liberticide du gouvernement, la criminalisation des mouvements sociaux et les violences policières.

Lire l'appel des JOC en entier

 

Janvier 2015

Reconnaissance de la Palestine : une résolution indigne de la Belgique

Avec de nombreuses autres organisations (liste ci-dessous), le Centre Avec déplore l’adoption d’une résolution liant la reconnaissance de l’Etat palestinien à des conditions[1] irréalistes et la reportant sine die.

En effet, cette résolution proposée par les quatre partis de la majorité gouvernementale (MR, N-VA, Open VLD, CD&V) a finalement été votée mardi en Commission des Relations extérieures de la Chambre des représentants en dépit des contestations de bon sens exprimées lors du débat et lors du vote par l’ensemble des partis de l’opposition. Il est également regrettable que les partis de la majorité n’aient pas répondu favorablement à l’invitation de cosigner une résolution analogue à celle votée par le Parlement européen, le 17 décembre dernier, par l’ensemble des partis belges présents dans cette même Commission.

De prime abord, le contenu de cette résolution tend à faire croire que les groupes de la majorité sont favorables à la reconnaissance de l’Etat palestinien, ce que nous considérons être une démarche positive. Mais en réalité c’est l’inverse qui y est exprimé. «Énoncer que la reconnaissance doit se faire au moment « jugé opportun » par le gouvernement tout en liant ce moment à trois conditions impossibles à remplir revient à considérer que la reconnaissance ne doit pas être envisagée par le gouvernement ni à court terme ni même à moyen et long terme» précise Rabab Khairy, chargée du dossier Moyen-Orient au CNCD-11.11.11.

Les groupes de la majorité ont fait le choix de lier la reconnaissance de l’Etat palestinien au bon-vouloir et au veto de l’Etat israélien. La majorité a également choisi de maintenir le statu quo entre Israéliens et Palestiniens que d’aucuns jugent intenable et dangereux pour les deux parties.

Si cette résolution est votée prochainement en séance plénière par la Chambre, ce sera clairement la plus faible des résolutions votées à ce jour par un parlement d’un Etat de l’Union européen. Plus grave, la Belgique enverra un message très négatif vis-à-vis du droit à l’auto-détermination du peuple palestinien, de la solution négociée de deux Etats coexistant dans la paix et la sécurité.

L’existence d’un Etat palestinien est une réalité juridique. Le Secrétaire général des Nations Unies vient de le rappeler il y a encore deux semaines en acceptant l’adhésion de « l’Etat de Palestine » à la Cour pénale internationale. « En refusant de reconnaître ce fait, la Belgique va contre le sens de l'Histoire. Elle doit reconnaître la Palestine immédiatement et sans tergiverser afin d’évacuer ce débat somme toute symbolique. Et, bien entendu, agir activement pour la résolution du conflit », conclut Rabab Khairy.

Source : CNCD

Organisations signataires :

Association Belgo-Palestinienne, CADTM Belgique, La Centrale générale-FGTB, CETRI, Centre Avec, CNAPD, CNCD-11.11.11, FGTB-ABVV, Forum Nord-Sud, intal, Médecine pour le Tiers-Monde, MOC, Solidarité Socialiste, Union des progressistes juifs de Belgique.

______________

[1] La résolution précise que la reconnaissance doit se faire au moment qui sera jugé « le plus opportun » en fonction des conditions suivantes :

- L’impact positif de cette reconnaissance afin de relancer ou d’appuyer un processus politique inclusif de négociations entre Israël et la Palestine ;

- L’évolution de la concertation entre les Etats-Membres de l’UE et des efforts de l’UE pour soutenir le processus de paix en vue d’une solution définitive et globale respectant les aspirations légitimes de paix, sécurité et prospérité des peuples palestinien et israélien ;

- L’existence d’un gouvernement palestinien de plein exercice ayant autorité sur l’ensemble du territoire palestinien

 

Janvier 2015

Communiqué de presse de la CNAPD suite à la tuerie dans les locaux de Charlie Hebdo

Le Centre Avec, membre de la CNAPD (Coordination Nationale d'Action pour la Paix et la Démocratie), partage et diffuse sa position.

La CNAPD est révoltée par la tuerie qui a eu lieu dans les locaux de Charlie Hebdo. Révoltée devant le massacre de personnes qui n’étaient parties à aucun conflit, qui n’étaient coupables d’aucune violence. Révoltée devant ce que représente cet attentat : une volonté de propager la peur dans l’esprit de toutes ces personnes et ces associations qui participent à la construction d’une société critique d’elle-même, croyant en la radicalité indispensable du dialogue. 

Nous, associations membres de la Coordination Nationale d’Action pour la Paix et la Démocratie tenons à manifester notre soutien aux victimes, à leurs familles et leurs proches ; et nous joignons aux appels pour que ce massacre nous renforce dans notre volonté de construire une société tolérante, ouverte et harmonieuse. Une société réellement fondée sur l’égale liberté de tous. Une société où les conflits se règlent sans violence et sans la menace d’y recourir.

Le massacre d’hier s’inscrit dans un climat délétère : guerre contre Daesh en Irak, jeunes européens qui partent se battre en Syrie, mouvement Pegida en Allemagne, recrudescence des idées d’extrême droite. Un climat engendré par l’amalgame, les simplismes et les contre-vérités. Un climat qui se nourrit de la peur de l’autre et du cloisonnement. La poursuite de la recherche des causes structurelles (inégalités socio-économiques, ségrégation sociale, etc) de cette violence doit être la réponse unanime pour exprimer notre rejet devant l’horreur qui s’est exprimée hier, et notre solidarité devant toutes les victimes de violence. Elle continuera à être celle de la CNAPD.

Guillaume Defossé, Président de la CNAPD

 

Décembre 2014

Reconnaître l'Etat de Palestine : mieux vaut tard que jamais...

Suite à la reconnaissance annoncée par la Suède, nous vous invitons à signer la pétition en faveur de la reconnaissance de l'Etat palestinien par la Belgique : http://www.association-belgo-palestinienne.be/campagnes/petition-pour-la-reconnaissance-de-letat-palestinien/

Le Centre Avec se positionne en faveur d'un geste fort et relaie la pétition lancée par l'ABP, association belgo-palestinienne, dont l'appel se trouve ci-dessous.

Pour une reconnaissance immédiate de l'État palestinien par la Belgique.

La Belgique doit reconnaître l'État palestinien dans ses frontières d'avant 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

1. Mieux vaut tard que jamais. Le droit du peuple palestinien à l'autodétermination a déjà été reconnu en 1947. Les diplomates européens attirent l'attention depuis des années sur le fait que la solution à deux États est rendue impossible du fait de la politique d'Israël.

2. L'UE a investi des centaines de millions de dollars dans l'édification d'un État palestinien et le développement de ses institutions.

3. Israël bénéficierait d'un État palestinien viable. La sécurité d'Israël et celle de la Palestine ne peuvent pas être séparées.

4. L'opinion publique belge et internationale est favorable à un État palestinien. Un grand nombre de citoyens considèrent qu'un État palestinien est une nécessité pour le bien-être des Palestiniens et celui des Israéliens, mais aussi pour la paix mondiale.

 

Novembre 2014

Signes religieux : relance des discriminations ?

C’est reparti : en annonçant sa volonté d’interdire par voie législative les « signes ostentatoires reflétant une conviction personnelle » pour les fonctionnaires fédéraux en contact direct avec le public, le gouvernement fédéral prend la responsabilité de relancer une guérilla misérable contre un groupe particulier de la population. Ne tournons pas autour du pot : seules sont visées les femmes musulmanes qui portent le foulard.

Voir la prise de position de Tayush, groupe de réflexion pluraliste.

 

Octobre 2014

Suite aux déclarations du nouveau secrétaire d’état à l’asile et à la migration Theo Francken (N-VA), qui envisage d’enfermer des enfants dans le centre d’expulsion 127bis de Steenokkerzeel, nous voulons marquer notre plus profond désaccord contre ce retour en arrière inhumain. Aucun autre être humain, mineur ou adulte, ne doit être privé de sa liberté pour le simple fait d’être né ailleurs et de ne pas avoir des papiers. 

 

Mai 2014

Le Centre Avec se positionne contre l’accord de partenariat transatlantique (APT) en cours de négociations entre les Etats-Unis et l’Union européenne. Comme d’autres acteurs du monde associatif, nous voyons des raisons essentielles de s’opposer à cet accord. Le caractère secret et non démocratique de ces négociations alimente le manque de confiance ambiant dans les sphères de décision européennes. Nous estimons que les choix de société derrière le partenariat doivent être validés démocratiquement.

L’APT pourrait consacrer une forme de gouvernance transnationale qui se situe au-dessus de l’Etat-nation et du peuple souverain, mais qui n’offre pas suffisamment de garanties démocratiques puisqu’il déplace les leviers de pouvoir. Comment dès lors garantir que le bien commun et l’intérêt général l’emportent sur les intérêts commerciaux ou particuliers ? Ce traité pourrait privilégier l’intérêt particulier des entreprises par rapport aux Etats dont la mission est de veiller au bien de tous.

Nous craignons que ce partenariat ne soit la consécration d’une dérégulation prônée par les multinationales et une bonne partie du secteur financier. Nous courons le risque que les engagements sociaux et environnementaux des Etats soient désormais seconds par rapport aux accords commerciaux.

Enfin, la création d’une zone de libre-échange incluant les deux plus grandes économies de la planète, les Etats-Unis et l’Union européenne (soit près de la moitié de l’économie mondiale en termes de PIB) peut avoir des conséquences néfastes sur le rôle économique des plus démunis. En effet, l’imposition de normes complexes et contraignantes partagées entre l’UE et les USA a pour effet de rendre plus compétitifs les acteurs forts (Etats et entreprises) et de rendre plus faibles les pays les moins développés. Cela aurait pour effet de rendre encore plus vulnérables les pays les plus pauvres de la planète.

Rejoignez-nous pour protester le 15 mai (voyer le lien : http://www.d19-20.be/fr/).

 

Novembre 2013

Nous sommes co-signataire du texte de revendications suivant concernant la situation des personnes et familles afghanes en Belgique : 

De nombreuses personnes et familles originaires d’Afghanistan, qui ont fui leur pays et rejoint la Belgique, se sont vues refuser la protection internationale. Désormais sans droit de séjour, se trouvant en centre fermé, en places de retour ou à la rue, ces personnes redoutent d’être renvoyées dans leur pays. L’enlisement d’un conflit qui dure depuis plus de trente ans et les constats d’organisations internationales présentes sur place, confirment la persistance d'une insécurité volatile, touchant la grande majorité de la population et, à ce titre, pouvant être considérée comme généralisée. La situation risque de s’aggraver encore après le retrait des troupes internationales en 2014.
Malgré ces réalités, les instances d’asile belges refusent d'accorder la protection internationale à 44% des Afghans présents en Belgique, dont des familles avec enfants et de jeunes hommes. Des catégories pourtant considérées par le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), comme étant en danger dans leur pays.
Par conséquent, des ressortissants afghans se font détenir et expulser, sans que leur ambassade n’ait délivré de laissez-passer, vers un pays où leur vie peut être en danger. Quant aux familles, l’administration ne les expulse pas pour l’instant mais elle les laisse dans une situation de non-droit, ne leur octroyant aucun titre de séjour et conditionnant leur accueil à l’acceptation d’un retour vers l’Afghanistan, qu’on sait pourtant risqué.
Cette politique incohérente et irresponsable de l'Etat belge a de lourdes conséquences humaines et humanitaires. Elle ne peut plus durer.
Ensemble, citoyens et associations, demandons, afin que cesse cette situation de non droit pour les personnes afghanes, que le gouvernement belge s'engage à :
- Adopter un positionnement clair, alimenté par l’avis d’experts indépendants et débattu démocratiquement, concernant la situation sécuritaire en Afghanistan ainsi que les possibilités concrètes et réelles de retour.
- Mettre en place un moratoire sur toutes les expulsions vers l'Afghanistan, tant que la Belgique n'aura pas défini une position claire et argumentée sur la situation sur place.
- Aussi longtemps que durera ce moratoire, accorder un titre de séjour aux personnes et familles afghanes qui n’auront pas obtenu une protection, afin qu'elles puissent vivre en sécurité et dans la dignité.
Nous demandons enfin aux instances d’asile, de réexaminer le besoin de protection de tous les Afghans présents en Belgique, sur base d’une réévaluation précise de la sécurité sur place et en tenant compte des catégories à risque listées par le HCR, ainsi que des possibilités concrètes et réelles de retour.
 
 

Octobre 2013

Le Centre Avec fait partie des organisations signataires à l'appel de la manifestation nationale qu'organise la plateforme STOP SAC le 26 octobre 2013. 

Malgré les protestations sans précédent de 213 organisations de la société civile, une majorité du Parlement Fédéral a voté la nouvelle loi concernant l’élargissement du système des SAC. Cette loi permet aux pouvoirs locaux d'abaisser jusqu'à 14 ans l'âge minimum à partir duquel une sanction peut être administrée, d'étendre le champ d'application, d'instaurer une interdiction de lieu public pour un jeune et d'augmenter le montant maximum de l'amende. Nous continuons à nous opposer à cette législation antisociale. Nous voulons lutter contre un système parallèle aussi incontrôlable que les Sanctions Administratives Communales. Il faudrait mieux investir les ressources humaines et organisationnelles nécessaires dans le système juridique existant pour assurer une juridiction plus juste et indépendante et il faut trouver des solutions sociales pour des problèmes sociaux.

 

Mai 2013

Le Centre Avec fait partie des associations signataires de la pétition "Halte au démantèlement du droit à l’aide juridique".

Les signataires exigent du Gouvernement Belge le respect de l’accès à la Justice pour tous, qui est un droit fondamental.

En ces temps de crise, où les droits sociaux et démocratiques sont soumis à une pression grandissante et où de plus en plus de gens tombent dans la pauvreté, le système de l’aide juridique doit être renforcé en tant que bouclier contre la régression sociale. Nous nous opposons à l’application d’une logique d’austérité à tout prix, qui porte préjudice à ce droit fondamental pour le citoyen.

Pour signer la pétition, cliquez ici.

 

Décembre 2012

La Centre Avec s'associe à la CNAPD pour féliciter le ministre des affaires étrangères, Didier Reynders, pour le vote positif de la Belgique à la demande de reconnaissance de la Palestine comme État non membre de l’Assemblée générale des Nations-unies.

Pour voir le courrier de la CNAPD, cliquez ici.

 

Septembre 2012

Le Centre Avec dénonce, aux côtés des associations telles que Justice et Paix et Entraide et Fraternité, le projet minier Conga, développé par Newmont dans la région de Cajamarca au Pérou. 

L’entreprise, Newmont Corporation, veut construire une mine d'or d’un investissement de $ 4,8 milliards dans un des écosystèmes andins les plus fragiles du Pérou. La mine détruira des lacs de montagnes, polluera des sources d'eau et menace la manière de vivre des communautés avoisinantes.

 

Avril 2012

Le Conseil interdiocésain des laïcs (CIL) et het Interdiocesaan Pastoraal Beraad (IPB), de concert avec la Conférence épiscopale de Belgique, viennent de publier une courte déclaration pourinterpeller la communauté chrétienne à l’occasion de la crise économique.

Ils s’indignent notamment "devant le refus, imposé par une économie de marché exacerbée, de régulations et de pratiques qui assureraient pourtant l’accès du plus grand nombre aux biens fondamentaux ; et devant l’exaltation dangereuse et injuste de la pure croissance du bien-être matériel, car la croissance illimitée conduira tôt ou tard au chaos".
Ils veulent mobiliser pour "promouvoir une autre manière de vivre, car on peut consommer moins pour partager davantage. Les pauvres sur tous les continents nous provoquent à cette remise en question". 
Ils affirment enfin que "Les communautés chrétiennes ont pour mission de témoigner d’un Dieu d’amour et de justice. La pratique de la solidarité, de la justice et du service des plus précarisés en sera l’expression privilégiée". 
Vous trouverez la déclaration complète ici.

Le Centre Avec espère que cette interpellation est un signe de bonne augure dans le sens d’une prise en compte de la vie dans toutes ses dimensions. 

 

Juin 2010

Un an après Bagua : Dans le prolongement des actions menées en juin 2009, le Centre Avec et Justice et Paix ont organisé le 31 mai une réunion avec diverses associations luttant pour la reconnaissance des droits humains dans le monde et particulièrement au Pérou.

L'objectif de cette réunion : Nous situer face aux événements qui se sont déroulés à Bagua il y a un an et aux conséquences sociales, politiques et économiques de ceux-ci. Manifester notre soutien aux mouvements sociaux qui se développent au Pérou.

Une carte blanche a ainsi été établie, reprenant la position commune des diverses associations face aux revendications indigènes. Pour la lire, cliquez ici.

 

Septembre 2009

Revendications politique - agriculture paysanne : Du 1er au 3 septembre, Justice et Paix a organisé avec Entraide et Fraternité un colloque sur le thème de l'agriculture paysanne face aux dégradations de l'environnement.

Le 6 septembre, le fruit de ce travail a été présenté sous forme de revendications politiques aux décideurs politiques présents (Sabine Laruelle, Isabelle Durant, Dominique Weerts et Marc Tarabella). Pour lire ces revendications politiques, cliquez ici

 

Juin 2009

Graves faits de violence au Pérou : Le 5 juin, a eu lieu à Bagua dans le nord du Pérou une répression sanglante à l’égard des indigènes de l’Amazonie qui depuis 2 mois protestaient et demandent l’annulation de décrets menaçant leur culture et leur écosystème. Le Centre AVEC s'est associé à la Plateforme Europe-Pérou pour demander au Conseil européen de prendre position et d'intervenir en faveur du respect des droits humains.

Signalons également une intervention sur ce sujet du Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères, Monsieur De Gucht. Plus d'informations ici.

 

Juin 2009

Elections européennes - Pistes de réflexion et d'action. Suite aux élections de ce 7 juin 2009, le Centre AVEC rappelle DEUX petites brochures dignes d'intérêt !

La premièreréalisée par 4 associations oecuméniques présentes à Bruxelles, oriente vers les bonnes questions à se poser pour un choix responsable, donne des idées de questions à aborder en débats avec des partis politiques et des candidats, et propose des pistes pour accéder à des informations complémentaires. Lire la brochure.

La deuxième renvoie également aux questions essentielles. Elle est un appel lancé par "Initiative de Chrétiens pour l'Europe" (IXE) aux citoyens européens à l'occasion des élections européennes de juin 2009 pour "Surmonter la crise et les défis des temps actuels grâce à une Europe plus unie, plus solidaire, plus ouverte sur le monde". Lire la brochure.

 

Janvier 2009

Le Centre Avec dénonce et s'insurge, aux côtés du Mrax, contre le profilage ethnique et religieux pratiqué par la Police le 21 janvier 2009 à l'égard de citoyens au faciès "arabe" et "musulman". Lire le dossier de presse rédigé par le Mrax.

Notre trimestriel

Diversité des féminismes : paroles aux femmes

Inscrivez-vous à la newsletter

Laissez-nous votre adresse e-mail et recevez périodiquement nos actualités