En Question n°129

Qui a peur des migrants ?

Achetez ce numéro

Dans ce numéro d’En Question, nous nous interrogeons sur les réactions provoquées par l’arrivée de migrants en Europe au cours des dernières années, et en particulier sur la place de la peur. Si les mouvements migratoires peuvent légitimement éveiller des craintes, force est de constater que celles-ci ne sont pas neutres. Bien souvent, elles proviennent moins des migrants eux-mêmes que des discours sur les migrants ! Nous analysons ici la manière dont certains leaders populistes se sont emparés de la question et ont instrumentalisé le phénomène migratoire pour gagner des voix. Nous réfléchissons aussi aux stratégies permettant de favoriser l’intégration des personnes venues d’ailleurs. Et aux manières d’ainsi apaiser les peurs.

edito

Aux ferments de la démocratie

Vincent Delcorps

Dans un bar, une assoc’, sur le pas de votre porte, sur votre page Facebook… Au cours des semaines qui ont précédé les récentes élections, c’est de bien des manières que vous avez eu l’occasion de croiser des candidats. D’échanger avec eux, de contester leurs propositions, de vous laisser séduire… Ou, au contraire, de les ignorer, trop pressés. De jeter leurs tracts sans même les regarder.

Si la campagne électorale est une période exaltante, c’est évidemment en raison de l’intérêt des questions débattues et de la mobilisation citoyenne. Mais c’est aussi grâce à l’engagement des candidats ! Durant des mois, discrètement, ces hommes et ces femmes ont mûri leur décision, consulté quelques proches, participé à des discussions internes. Puis, ils se sont lancés – 72% des candidats francophones pour la première fois. Soudainement, en exposant leur visage sur des vitres, ces « citoyens » sont devenus « politiques ». Et se sont transformés en cibles. Courageusement, ils ont imprimé leurs tracts, réalisé leurs clips, masqué leur trac. Ils ont tenté de répondre aux questions, aux critiques, aux contradictions. Ont offert de leur temps, de leur argent. Durant d’interminables journées, ils ont manqué à leurs amis, leurs conjoints, leurs enfants. Parce qu’ils trainaient dans des bars, des assoc’, sur le pas de votre porte ou sur votre page Facebook.

Leurs motivations ? Elles sont diverses, bien sûr. Nombreux sont ceux qui veulent changer le monde – ou, à tout le moins, un petit bout de celui-ci. Certains désirent réellement se mettre au service de leurs concitoyens et du bien commun. Bien sûr, certains veulent faire « comme papa », devenir une célébrité, trouver un emploi… L’origine de l’engagement ne détermine pas toujours la qualité de celui-ci.

En cette période de défiance politique, il convient de saluer le courage de ces hommes et de ces femmes, ferments de la démocratie. De les encourager. De les contrôler aussi. Tout au long des cinq années qui viennent. Et si, au terme de la législature, nous nous estimons déçus de nos élus, rien ne nous empêchera d’en choisir d’autres. Ou mieux : de nous présenter nous-mêmes.

 

 

Pourquoi j’ai décidé de devenir hébergeuse

Marie Renard - Gauthier Seferiadis

Céline est hébergeuse de migrants depuis bientôt un an et demi. Le 6 décembre 2017, jour de ses 50 ans, elle a décidé de donner une nouvelle tournure à son engagement social. « Je ne dis plus ; j’agis. Et j’ai agi ! », explique-t-elle aujourd’hui. Avec beaucoup de détermination dans la voix, elle affirme qu’« on a toujours toutes les excuses du monde pour ne rien faire […]

L’intégration des migrants, c’est banal !

Vincent Delcorps

Il nous faut dépasser la contradiction. Car nous voulons comprendre. D’un côté, ces discours de haine. Qui sont surtout alimentés par la peur. La peur des migrants, derrière laquelle se cache la peur de l’autre. Elle vient toucher à notre identité, personnelle et collective ; elle vient remuer les angoisses d’un pays en proie au doute, d’une société à l’avenir incertain […]

La « peur migratoire » : du sentiment de menace aux politiques d’intégration

David Bourguignon

« Crise migratoire » : les mots sont lâchés. Ils martèlent notre quotidien. On les retrouve dans la presse et dans les débats publics comme privés. Ces mots, apparemment anodins, sont pourtant lourds de conséquences : ils véhiculent des images à l’égard des migrants […]

En Espagne : Le problème principal, c’est l’indifférence.

Santi Torres

Dans la dernière enquête du Centro de Investigaciones Sociologicas (Centre de recherches sociologiques), à la question de savoir ce qu’ils considéraient comme le principal problème de leur pays, les Espagnols ne pointaient pas l’immigration en tête de leurs réponses [[…]

 

En Italie : La peur de l’étranger.

Giuseppe Riggio

Parler de migrations, c’est parler d’une des questions qui enflamment le plus l’opinion publique italienne, et qui suscitent des réactions controversées depuis plus d’une décennie. À l’intérieur du pays, la fracture est nette. D’un côté se trouvent ceux qui, souvent poussés par la peur de l’étranger, défendent des positions catégoriques de refus et de fermeture […]

Sébastien Maillard : « La crise migratoire a provoqué une confusion des valeurs européennes »

Vincent Delcorps

Les autres nous disent toujours quelque chose de nous-mêmes. Sans doute ce postulat permet-il d’enrichir notre lecture de la « crise migratoire » européenne. Et de faire émerger de nouvelles questions. En quoi les migrants interpellent-ils l’UE sur ses valeurs, sa cohésion, ses fragilités ? Faut-il parler de « crise migratoire » ou de « crise de l’UE » ? Surtout, peut-on garder confiance dans l’avenir de la construction européenne ? Ces questions, nous les avons posées à Sébastien Maillard […]

En France, la peur de l’Autre a une histoire

Catherine Wihtol de Wenden

La « crise » des réfugiés a ravivé, dans un débat européen déjà exacerbé par la montée des souverainismes, la figure de l’Autre comme danger. Pourtant, en France, le thème de l’Autre se développe au cours de la seconde moitié du dix-neuvième siècle où le Prussien a joué un rôle déterminant dans la construction du mythe national républicain […]